Faune et flore aquatiques

 

 De nombreuses espèces d'animaux et de plantes vivent dans les eaux du bassin d'Arcachon, qui est un lieu abrité.

* Quels impacts du réchauffement climatique sur cette faune et cette flore aquatiques ?

* Quels impacts sur les activités de pêche?

Des faits constatés :

Des poissons des mers chaudes se trouvent maintenant sur nos côtes ...

  

 

                                                   Un baliste

source : http://www.aquaportail.com/fiche-poisson-672-balistes-capriscus.html

   Dans le bassin d'Arcachon, on pêche maintenant tout au long de l'année une variété de poisson d'origine tropicale, le baliste,un mangeur d'huîtres qui n'apparaissait qu'en été il y a encore une trentaine d'années.Le baliste est arrivé sur nos côtes au milieu du XXème siècle . C'est un poisson très vorace qui brise la coquille de ses proies avec ses deux dents perforantes . Ces bancs de poissons, maintenant installés, constituent un véritable problème pour la conchyliculture (élevage de coquillages) !

 

La méduse , encore rare dans les années 1990, se met elle aussi à fréquenter nos côtes . Si, l'été, les méduses sont de plus en plus nombreuses, c'est parce que le déficit de pluviométrie associé à la hausse de température de l'eau favorise la fertilité de ces animaux à sang froid. Ces méduses ne sont sont pour l'instant qu'une gêne passagère dans le bassin mais les pêcheurs craignent qu'un accroissement de la température des eaux provovoque leur pullulation prolongée ce qui risquerait de réduire les populations de poissons du bassin et du proche océan.

 

 

   

                                                 Méduse

source : http://naturendanger.canalblog.com/images/M_duse5.jpg

 

 Des vents forts à répétition et de fortes pluies :

 

 Dus au rechauffement climatique ou non , de forts vents sont de plus en plus observés (tempête de décembre 1999,du printemps 2008, de janvier 2009 ,de février 2009 ) ce qui accentue le brassage des eaux et fait remonter plus de nutriments en surface . De ce fait des microalgues prolifèrent , les poissons ne pouvant en venir à bout, ces microalgues pourrissent et les bactéries s'en chargent en consommant de plus en plus d'oxygène.

 

C'est ainsi que l'on peut voir de plus en plus de crabes et de poissons morts par asphyxie sur nos plages . A noter que ce phénomène est amplifié par de grosses pluies et des rejets d'eaux chargées en nitrates déversées dans le bassin par des rivières (comme La leyre) en provenance des grandes exploitations agricoles . Des algues nocives pour les coquillages et des virus apparaissent ,entrainant des interdictions de ventes d'huîtres répétées : là encore la conchyculture est menacée et les hommes de terrain en souffrent...

 Le bassin d'Arcachon est le premier producteur français de naissain (larves d'huîtres) : il fournit à lui seul 60% des jeunes huîtres nécéssaires à la production française globale. Les rafales de vents créent des mini lames de fond qui endommagent les collecteurs de naissain (lors de la tempête de janvier 2009, à certains endroits comme l'île aux Oiseaux, les pertes ont avoisiné les 70%). Par ailleurs beaucoup de poches d'huîtres tombées dans la vase ont du être vite récupérées avant q'elles ne disparaissent par asphyxie où qu'elles soient attaquées par des prédateurs . Les ostréiculteurs craignent que leurs conditions de travail ne deviennent de plus en plus difficiles et leur gagne pain de plus en plus aléatoire .

 

          Collecteurs de nessaim

 source : http://mb33470.fond-ecran-image.com/blog-photo/files/2008/07/blog-img_0314-collecteurs-lamelles-souples.jpg

 

Si le rechauffement se poursuivait ...des scénarios de scientifiques...

 Production de phytoplancton en baisse...

Le rechauffement des eaux de l'océan et du bassin (de l'ordre de 1,4 degré ce dernier siècle) a déjà provoqué la migration de certains poissons vers le nord (daurades ,soles , lottes,raies) et oblige nos pêcheurs à prendre de plus en plus de risques physiques et financiers en allant toujours plus loin ! ...Et si ce rechauffement des eaux de surface se poursuivait, il pourrait d'après certains scientifiques, augmenter l'écart de densité entre la couche de surface de l'océan(chaude mais pauvre en matière nutritives) et le eaux profondes (froides mais riches en matières nutritives) ,ce qui empêcherait ces dernières de remonter. La localisation des crustacés planctoniques pourrait alors être perturbée et avoir des conséquences sur la chaîne alimentaire de l'océan. Ainsi les alevins n'auraient plus leurs proies habituelles et ne pourraient plus se developper, d'où une crise importante dans le secteur de la pêche et une menace de chômage qui pourrait atteindre toute la profession dans notre région . 

 L'acidification des océans...

Les océans absorbent la moitié du CO2 de l'atmosphère, plus les eaux sont froides plus elles dissolvent de gaz , plus elles sont chaudes plus elles gardent le CO2 , or le CO2 réagit avec l'eau de mer dont il abaisse le pH et diminue la concentration en ions carbonates qui interviennent dans la formation des coquilles carbonatées comme celles des huîtres...une menace de disparition totale pour l'ostréiculture dans le bassin. De plus au dela de leur intérêt commercial, les huîtres en voie de disparition ne pourraient plus constituer d'habitats pour de nombreuses autres espèces , ni de proies pour les oiseaux comme mouettes , cormorans .... Notre riche biodivesité cotière et  le trajet des oiseaux migrateurs(oies cendrées...) pourraient s'en trouver complètement modifiés.

La nature évolue en permanence, toutes les espèces possèdent la capacité de s'adapter aux perturbations naturelles du climat. Ce qui donne aux changements climatiques actuels ce caractère unique et inquiétant, c'est la vitesse croissante à laquelle ils se produisent, l'homme par ses comportements contribue à accroître cette vitesse mais il fait partie de la nature , il devrait donc lui aussi finir par réagir pour mieux s'adapter ...

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×