Conclusion

C'est un fait pour le moins indéniable : le visage de l'Aquitaine change, à l'instar de celui de la France dans son ensemble, et même de la planète toute entière. Si les modifications observées au niveau de notre région, telles que l'apparition de tempêtes de plus en plus fréquentes et violentes, l'accélération de la montée des eaux, l'altération de la qualité de certains de nos vins, la fonte des neiges dans les Pyrénées ou encore la mise en danger de l'ostréiculture dans le Bassin d'Arcachon depuis près de vingt-cinq ans sont parfois difficilement perceptibles, l'incidence du réchauffement global n'en sera pas moins de plus en plus considérable dans les années à venir.

Se pose aujourd'hui plus que jamais la question de l'implication de l'Homme dans les bouleversements climatiques actuels. L'activité industrielle de plus en plus intense et la consommation effrénée des hommes ont-elles réellement modifié la composition de notre atmosphère et par extension le climat de la Terre ? C'est une question que seuls des spécialistes peuvent trancher et qui ne doit pas toutefois nous détourner de l'essentiel : que certains agissements humains aient ou non une influence sur le climat, il semble urgent de prendre des mesures de précaution en réalisant que notre environnement est fragile et que chacun doit modifier de manière profonde et durable certains de ses comportements pour le préserver, ne serait-ce que pour la beauté de notre planète, notre santé ou celle des générations à venir.

Au niveau international, d'importantes procédures ont déjà été enclenchées pour tenter de ralentir voire pallier ces bouleversements climatiques, à l'image du protocole de Kyoto.

Mis en vigueur depuis le mois de février 2005, il est ratifié à ce jour par 172 pays à l'exception considérable des États-Unis, qui demeurent encore le plus important émetteur des six gaz à effet de serre supposés en partie responsables du réchauffement planétaire (25 % de l'émission mondiale).

Les pays signataires se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère de manière à ce que la composition de celle-ci ne permette pas de perturbations du système climatique outre que naturelles, mais également à rendre publiques les inventaires de ces émissions et à préparer des programmes nationaux et des mesures visant à atténuer les changements climatiques.

Le protocole propose également un calendrier de réduction des gaz à effet de serre : de cette manière, d'ici 2012, trente-huit pays industrialisés réduiront de 5,2 % leurs émissions de CO2 par rapport à 1990.

En France, le Grenelle de l'environnement, faisant suite au "Pacte écologique" proposé par Nicolas Hulot, constitue un ensemble de réunions politiques organisées chaque année depuis octobre 2007 ayant pour objectif de prendre des décisions à long terme concernant l'environnement ou le développement durable ; cette démarche reflète bien l'intérêt croissant des problèmes liés à l'environnement au niveau national.

En Aquitaine aussi de nombreuses décisions sont prises pour remédier à l'action du réchauffement climatique, comme dans la commune du Teich (Gironde) où le maire, François Deluga, prévoit des plans pour l'immobilier du front de mer exposé à une montée des eaux de plus en plus rapide. Une autre et importante avancée en matière d'environnement dans la région est le "Plan Climat Aquitain" : consistant en 48 mesures telles que l'encouragement de l'éolien et de l'installation de panneaux solaires en Aquitaine ou encore le développement de l'hydro-électricité, ce plan a pour objectif une diminution de 10 % des gaz à effet de serre de la région, d'ici à 2013 ; il bénéficie pour cela et depuis 2007 d'un budget de 102 millions d'euros.

Enfin, à l'échelle individuelle, plusieurs mesures peuvent être prises pour contribuer à remédier à la crise climatique : économiser l'énergie en achetant des ampoules spécialisées, conserver l'eau chaude, installer des panneaux solaires, réduire les gaspillages d'énergie en débranchant par exemple les postes de télévision après chaque utilisation, réduire les trajets en voiture et privilégier la marche ou le vélo pour les courts trajets, diminuer les trajets en avion ou encore recycler ses déchets sont des gestes simples et pourtant nécessaires à la conservation de notre environnement.

 

 

"Il ne sert de rien à l'homme de gagner la Lune s'il vient à perdre la Terre"

François Mauriac

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site